Comme repreneur, trois grands scénarios s’offrent à vous :

  1. Vous avez la fibre entrepreneuriale et vous souhaitez reprendre une PME?
  2. Vous souhaitez reprendre l’entreprise familiale?
  3. Vous êtes un employé ou un cadre de l’entreprise que vous souhaitez racheter?

Peu importe le scénario qui vous concerne, prendre la relève d’une entreprise, c’est entrer dans un processus de repreneuriat dont l’objectif est d’assurer l’avenir de la compagnie et votre succès dans vos nouveaux rôles. C’est également le bon moment de faire le point sur vos connaissances, vos compétences, vos aptitudes, votre réseau de contacts et vos moyens financiers qui guideront certainement vos choix.

Deux grands défis des repreneurs

Acquérir les connaissances et les compétences appropriées à votre prochain rôle vous aidera à gérer votre nouvelle entreprise et à développer la légitimité nécessaire pour mobiliser vos employés et vos partenaires d’affaires. Cela peut passer par :

  1. Une formation et une expérience pertinente. Celles-ci devraient être reliées aux activités de l’entreprise, à son industrie ou à l’entrepreneuriat et à la gestion d’entreprise.
  2. Un transfert des connaissances et du réseau du cédant. Ce transfert se déroulant entre le cédant et le repreneur repose sur une bonne et étroite coopération entre les deux parties. Par exemple, lors d’un règne conjoint ou d’une période de transition durant laquelle le cédant agit à titre de consultant après le rachat, celui-ci pourra vous transmettre ses connaissances plus ou moins fines et essentielles sur son entreprise et son industrie sans oublier son réseau de contacts. Durant ce moment privilégié, vous aurez la chance de bénéficier de son savoir et de son savoir-faire développés au fil des ans.

L’autre défi du repreneur est celui d’arrimer ses attentes avec celles du cédant. Les attentes liées aux modalités du transfert, à la vision stratégique pour l’entreprise et aux moyens pour la réaliser peuvent parfois diverger entre le repreneur et le cédant. Deux solutions peuvent être envisagées pour atteindre cet arrimage :

  1. Dans le cas d’un transfert familial ou aux employés, une bonne communication tout au long du processus de transfert de la direction pourra aider à bien comprendre les attentes de l’autre partie. Un règne conjoint serait idéal pour fixer des objectifs communs et assurer une transition réussie.
  2. Dans tous les cas de transfert, il est conseillé lors du processus de transfert de la propriété de vous entourer d’experts (par exemple, avocats, fiscalistes, planificateurs financiers et psychologues organisationnels). Ceux-ci vous aideront à négocier les modalités financières, fiscales et juridiques ainsi que les conditions de vente de la propriété tout en facilitant le dialogue avec le ou les cédants. Dans le cas d’un transfert familial, il est conseillé d’avoir ses propres experts afin de bien représenter ses intérêts.

Pistes de réflexion pour faire face à ces défis

  • Quelles sont vos forces, vos aptitudes, vos compétences et votre expérience déjà acquises?
  • Avez-vous la fibre entrepreneuriale?
    • Quelles sont les qualités qui vous aideront à entreprendre et réussir le processus de transfert d’une entreprise?
  • Quelles sont vos faiblesses?
    • Comment celles-ci peuvent-elles influencer votre capacité à reprendre l’entreprise visée?
    • Quels moyens pouvez-vous prendre pour transformer vos faiblesses en forces?  Suivre une formation? Acquérir de l’expérience dans l’industrie?

Pour mieux connaître vos intérêts et vos traits de personnalités, et afin d’entamer une réflexion sur vos forces et vos faiblesses en tant que repreneur, faites le Quiz: découvrez votre profil de repreneur .

  • Quels sont vos objectifs financiers?
    • Si vous reprenez une entreprise familiale : y a-t-il eu un gel successoral?
    • Si vous reprenez une PME : y a-t-il eu une entente préalable avec les cédants? Avec une institution financière?
  • Quelles sont vos attentes envers le dirigeant sortant?
  • Quelles sont vos attentes envers vos futurs employés?
  • Comment voyez-vous l’avenir de l’entreprise?
  • Dressez la liste des exigences pour le poste convoité, tant sur le plan des connaissances et de l’expérience (formation académique, expérience à l’externe et à l’interne), que celui des compétences (style de leadership, jugement) et des attitudes et des valeurs (ouverture d’esprit, respect, esprit entrepreneurial) à adopter.
  • Évaluer votre situation actuelle par rapport aux exigences dressées.
  • Pour évaluer vos compétences, vous pouvez faire appel à des spécialistes. Des conseillers en gestion ou des conseillers en ressources humaines peuvent vous aider à cet égard.
  • Selon le cédant, quelles connaissances et compétences sont requises pour assumer son poste et combler le vide laissé par son éventuel départ?
  • Comment votre performance et votre capacité à assumer la relève seront-elles évaluées?
  • Êtes-vous seul en lice?
  • Pour mieux comprendre le cédant, ses attentes et sa personnalité, demandez-lui de faire le Quiz: découvrez votre profil de cédant.

Si vous êtes un repreneur de la famille ou un repreneur-employé :

  • Assurez-vous de bien communiquer vos intentions à reprendre l’entreprise.
  • Confirmer avec le dirigeant un plan de formation et de développement des compétences à mettre en œuvre pour atteindre les exigences du poste convoité.
  • Un mentor ou un coach pourraient être d’une grande utilité si la personne dirigeante n’a pas les habiletés ou le temps requis pour assurer votre développement vers vos nouvelles responsabilités.
  • Vous pourrez également envisager de travailler sur un plan stratégique, ce qui vous aidera à tracer les grandes lignes d’orientation de l’entreprise et à préciser les objectifs et les moyens à prendre en considération pour les atteindre. L’exercice de planification stratégique requiert un examen en profondeur de la situation de l’entreprise, de ses opportunités et des menaces qui l’entourent. Il vous permet de cerner les compétences qui vous seront nécessaires à son évolution. Enfin, le plan stratégique vous sera également très utile lorsqu’il s’agira de financer le transfert de la propriété.

Si vous reprenez une PME d’un tiers :

  • La stratégie de préparation à la relève est souvent plus courte et moins élaborée.
  • Un mentor peut également vous aider à réfléchir tout au long du processus de transfert.
  • Ne pas négliger les connaissances et les compétences des employés déjà présents dans l’entreprise. Plusieurs se révéleront des éléments-clés d’un transfert réussi. Ils peuvent vous fournir des informations tacites essentielles qui vous aideront à prendre des décisions éclairées tout en assurant la gestion des activités quotidiennes de l’entreprise.
  • Prenez le temps de fréquenter les associations liées à votre industrie afin de vous familiariser plus rapidement avec votre nouvelle entreprise et son environnement.

Si vous êtes un repreneur de la famille ou un repreneur-employé :

  • Ces décisions reviennent à la personne dirigeante. Toutefois, une discussion serait essentielle pour arrimer vos attentes avec celles du cédant.
  • Selon le style de gestion du cédant et le vôtre, la période de transition pourrait s’étirer sur une période plus ou moins longue. Pour mieux comprendre vos défis lors de cette période, faites le quiz! Demandez à votre cédant de faire le quiz à son tour!
  • Bien qu’une date assez éloignée donne suffisamment de temps pour un transfert satisfaisant des connaissances, des compétences et du pouvoir, il peut parfois être difficile pour un fondateur ou un parent de laisser un enfant ou un employé voler de ses propres ailes. Cependant, il ne faut pas retarder indûment ce moment.

Si vous reprenez une PME d’un tiers :

  • La stratégie de désengagement et la date de départ du cédant seront spécifiées dans le contrat d’achat et de vente de l’entreprise.
  • Il n’est pas rare qu’une close soit spécifiée afin de faciliter la transition.
Référence :